Le traitement post-traumatique des accidents de la route : le coup du lapin

Au cours de mes lectures, j’avais parcouru les méthodes de Masunaga senseï sur le traitement des accidents de voiture. Il évoquait l’importance des méridiens du Triple Réchauffeur en jitsu (plein) et de l’Intestin grêle en kyo (vide). La contraction musculaire subite et violente, du fait du choc, engendre une tension physique et émotionnelle avec un déséquilibre de ces méridiens causant douleur sur le trajet, principalement du côté de l’impact. Avec la pratique, je me suis aperçu de la réalité de ce diagnostic, mais surtout des répercussions dans la vie de tous les jours par la douleur qui en résulte, bien après le trauma.

Pour bien cerner le sujet, il faut s’attacher à certaines facettes de ces méridiens.

Aspects théoriques

En tant qu’émissaire du souffle originel (Yuan Qi) à travers tout le corps, le Triple Réchauffeur exerce une grande influence sur le mouvement des souffles. Le Wei Qi, le Qi protecteur, bien que dirigé par le Poumon, se propageant à la surface du corps, empruntera volontiers le trajet du Triple réchauffeur afin de parcourir toutes les couches des foyers dans sa fonction de protection.

Meridien taiyangLe San Jiao Jing (TR) est également le méridien du Shao Yang de la main, il participe avec le Taiyang aux premières couches protectrices de notre organisme face aux agressions extérieures. Il est à la surface externe du corps lorsque l’on se recroqueville en attitude de défense. La relation qu’il entretient avec le méridien de la Vésicule biliaire, toujours dans ce cadre des « 6 qualités du Ciel », lui permet d’avoir directement un lien avec le système tendino-musculaire (sous l’égide de la VB) et la capacité de mise en tension/compression du corps afin de créer une carapace protectrice.

Un choc ou une agression violente créera une réaction proportionnelle du méridien dans la mobilisation du Qi, pour préserver au mieux l’intégrité psychocorporelle de l’individu, par des réflexes d’autoprotection (comme rentrer le cou dans les épaules, monter les bras au visage, etc.) et des réflexes myotatiques (contractions involontaires des muscles).Tout ceci aura donc comme conséquence de mobiliser fortement le Qi à un endroit spécifique du corps et apparaîtra une zone de plénitude (Jitsu) sur le méridien concerné.

Les effets sur le trajet du Shao Yang seront : douleurs musculaires (types courbatures), cervicalgie et difficulté à la rotation de la nuque, épaule ankylosée avec impossibilité de l’élévation, difficulté à la flexion du coude et du poignet, sensation de tiraillements dans le bassin et fessier voire douleur lombaire (le long de la VB) etc.

Bien évidemment là où se prononce un Jitsu, un Kyo (un vide) apparaît ailleurs. Ce sera donc le cas du méridien de l’Intestin grêle.

L’Intestin grêle associé à la Vessie forme le Taiyang, la première couche défensive de notre corps face aux agressions externes. Les ondes de choc auront donc également une influence sur le dos et la stature, entraînant des contractions musculaires, accentuant ainsi les douleurs lombaires. Cependant, l’Intestin grêle joue davantage un rôle psychique.

Là où le Triple Réchauffeur se chargera de la protection corporelle, l’Intestin grêle sera davantage impliqué dans la protection émotionnelle. Malheureusement se retrouvant en vide d’énergie, le travail d’assimilation, de partage et de transformation que le Xiaochang Jin (IG) doit effectuer, se fera avec difficulté.

Pour comprendre cette fonction du méridien et le rapport avec l’évènement, rappelons que selon les taoïstes tout est nourriture. Un événement extérieur, pervers (Xie), doit tout autant que les denrées, être assimilé par nos fonctions physiologiques et mentales. Masunaga senseï, s’est beaucoup intéressé à la place psychologique (de par son diplôme de psychologie à l’université de Kyoto) des organes et sa théorie du zen shiatsu y accorde une grande importance.

coupdulapin

Selon lui, le choc est un exemple majeur du refus du corps et de l’esprit d’assimiler une information inacceptable. C’est ainsi que dans le diagnostic, le déséquilibre de l’intestin grêle apparaît bien souvent et persiste parfois des années durant après l’accident. Ceci manifeste le reflet d’une incapacité à reconnaître des souvenirs déplaisants qui nous ont heurtés, autant du point de vue physique que mental, et à vouloir les digérer. La séparation du « pur » et de l’ « impur » (fonction d’atelier du Xiao chang, dont la Rate en tirera le « pur » afin de l’ascensionner) ne s’exerçant plus correctement la conscience se brouille et le Shen est troublé. Nous noterons ainsi, chez la personne atteinte, des troubles du sommeil avec, soit difficulté à l’endormissement, soit réveil régulier dans la nuit.

Sur le trajet du méridien, le patient évoque un sentiment d’ « absence » de cette partie du bras, ou des sensations de froid, rappelant ainsi le diagnostic de vide, ou bien encore des impressions diffuses comme d’électricité ou de grésillement. À la palpation, des douleurs peuvent se réveiller avec une tension en superficie, mais clairement un vide à la pression profonde.

Dans la stratégie de traitement, il faudra évoquer la nécessité de réappropriation de ce bras gênant, sensible et handicapant dans la conscience de son corps. Comme par un réflexe d’autoprotection, j’ai noté que les membres douloureux sont souvent, à juste titre, rejetés, oubliés, tenus responsables de cette situation. Cependant, ils existent comme part entière du corps et leur rejet inconscient crée chez le patient une confusion interne.

En pratique

Un shiatsu du dos tonique et pénétrant associé à des frottements, notamment sur les omoplates pour l’IG, permettra dans un premier temps de dissoudre les tensions et de tonifier la Vessie. En revanche un travail de dispersion au niveau du bassin sera plus appréciable, car le trajet du Yangming étant en plénitude, des pressions trop importantes pourront être trop douloureuses à recevoir. La dispersion du point 30VB – Huan Tiao sera le bienvenu ; mais il existe aussi le point dit de « Namikoshi » situé dans le creux de la fesse à l’extrémité supérieure du fémur, à la jonction du grand et moyen fessier. Celui-ci a un effet très décontractant sur les fessiers, mais aussi sur l’Intestin grêle (NDLR : il ne faut d’ailleurs pas en abuser sous peine de déclencher des selles molles). Nous savons que dans le cadre de la loi distale, l’équilibre du bassin est très intéressant à travailler pour les douleurs d’épaule.

Concernant le bras et l’articulation scapulaire, le traitement se fera en décubitus dorsal. Il vaudrait mieux commencer par une tonification du Shou Tai yang avec de se consacrer à la dispersion du Triple Réchauffeur. Le 3IG aura ceci d’intéressant qu’étant le point clé du Du Mai (Vaisseau Gouverneur) il aura une efficacité supplémentaire sur l’énergie du dos. La saisie en pince de l’auriculaire aura également l’avantage de solliciter les points Ting à la fois de l’IG et du Cœur. Dans la relation Biao/Li, le trouble émotionnel aura évidemment perturbé le Cœur. En fin de séance, nous pouvons envisager une connexion entre la pince de l’auriculaire et la paume de notre autre main posée sur le sternum du patient, connectant ainsi les points Mu du Cœur-14RM et du Maître du Cœur-17RM. Cette manœuvre ouvrira un chemin vers le Cœur en apportant apaisement et réconfort.

Sur le trajet, les points :

  • 8IG, point Hô, soulagera le coude en même temps que connecter l’organe atteint.
  • 9 et 10IG traiteront l’épaule. Frottement, échauffement, pression progressivement pénétrante permettront le déblocage, rapporteront chaleur et Qi dans l’articulation. Le moxa est d’ailleurs conseillé.

Le pétrissage de la paume rapportera également détente et réouverture de la main. Pensons notamment au travail des deux 8 : 8C et 8MC.

Pour la nuque, le dégagement des points 10V et 16DM libéreront les tensions cervicales et dégageront la tête des lourdeurs.

Pour le Shou Shao Yang, la dispersion des points :

  • 3TR- Zhong Zu et 4- Yang Chi (point Yuan du méridien) permettant de lever la chaleur et l’obstruction dans le méridien, ont une efficacité étonnante sur la détente tendineuse du bras et la décontraction de l’articulation du poignet. Attention toutefois à Yang Chi car il peut être tendu voire gonflé (toute altération physique d’un point Yuan, prouve l’atteinte du méridien). En ce cas mieux vaut travailler en aval du point pour disperser avant de s’y atteler et engendrer au toucher de la douleur.
  • 10TR – point décontracte le coude et l’épaule
  • 14TR – Jian Liao pour l’épaule
  • Et enfin 16TR – Tian You (point d’émergence du méridien distinct du TR et VB) afin de détendre le muscle SCM et assouplir la nuque.

Nous savons que le corps a une mémoire cellulaire et que chaque évènement de la vie s’y inscrit. Il n’est donc pas surprenant que bien des années plus tard, même si la médecine a confirmé une guérison des tissus, les douleurs se fassent encore sentir. Il y a comme un écho, une onde de choc qui perdure. La frayeur alliée à la surprise de l’évènement troublera la quiétude du Cœur – Empereur, ainsi il n’est pas surprenant que dans cette pathologie, les méridiens attribués à la zone d’influence du Cœur soient atteints. Tant qu’il n’y aura pas de retour à la sérénité, les fonctions de protection du Cœur (Triple Réchauffeur et Maître du Cœur) seront en alerte, à l’image des gardes de l’Empereur.

Auteur : Olivier Vaillant – Comité de lecture : Bernard Bouheret, Jean-Marc Weill