Traitement de l’apnée du sommeil en Shiatsu

Si au petit matin, entre les tartines beurre-confiture, votre conjoint(e) vous signale que vous avez ronflé cette nuit, mais que surtout vous avez cessé de respirer par courtes périodes, alors ne roulez pas des yeux. On appelle ce trouble apnée du sommeil. Votre premier réflexe sera de consulter. Toutefois, le shiatsu pourrait également vous aider.

Auteur : Olivier Vaillant
apnée du sommeilL’apnée du sommeil se manifeste par des arrêts involontaires de la respiration durant le sommeil. Elles durent une poignée de secondes (de 10 à 30) et interviennent plusieurs fois par nuit. Leurs fréquences dans les cas les plus graves peuvent attendre jusqu’à 30 fois par heure, mais à partir de 5 cela devient déjà problématique.

Physiologiquement les apnées sont dues à un relâchement de la langue et des muscles de la gorge, qui bloquent le passage de l’air dans le larynx lors de la respiration. Ainsi, la personne tente de respirer, mais l’air ne circule pas à cause de l’obstruction des voies respiratoires. Les médecins parlent de syndrome d’apnées obstructives du sommeil. Les personnes obèses en seront facilement sujettes par manque de tonicité des tissus.

Plus rarement, les apnées sont dues à un mauvais fonctionnement du cerveau, qui cesse d’envoyer « l’ordre » de respirer aux muscles respiratoires. Dans ce cas, contrairement aux apnées obstructives, la personne ne fait pas d’effort respiratoire. On parle alors d’apnée du sommeil centrale.

apnee-sommeilCe type d’apnée survient surtout chez les personnes atteintes d’une affection grave, comme une maladie cardiaque (insuffisance cardiaque) ou une maladie neurologique (par exemple, méningite, maladie de Parkinson…). Elles peuvent également apparaître après un accident vasculaire cérébral ou dans les cas d’obésité très importante. L’usage de somnifères, de narcotiques ou d’alcool est également un facteur de risque.

On juge que 70 % des apnéiques sont en surpoids ou obèses. Certains traits anatomiques (cou court, mâchoire petite ou en arrière…) prédisposent aussi aux apnées. Les diabétiques sont également à risque.

On estime que la fréquence de personne souffrant de ce trouble est comparable à celle d’autres maladies chroniques comme l’asthme ou le diabète de type 2 ; et les complications ne sont pas à prendre à la légère.

Outre la fatigue, les maux de tête ou l’irritabilité… ; l’impact sur la santé pourra se traduire par :

  • des maladies cardio-vasculaires/hypertension artérielle (les pauses respiratoires engendrent un déficit d’oxygénation du cerveau, hypoxie, et gêne le sommeil profond qui assure la baisse de la tension artérielle)
  • de la dépression
  • des accidents conséquence de la fatigue et de la baisse de vigilance

 

Intervenir par le shiatsu

Lorsqu’un trouble respiratoire a lieu, le premier réflexe est de traiter le Poumon. Des pauses respiratoires involontaires pourraient être une conséquence d’un Qi du Poumon faible ou d’un blocage du Qi.

Les points indiqués dans le cas de la tonification et diffusion du Qi sont :

  • Taiyuan 9P car il est le point Yuan et tonificateur annuel du Poumon
  • Feishu 13V en tant que point Shu du Poumon son action est tonifiante
  • Zhongfu 1P pour lever les blocages et diffuser le Qi
  • Chize 5P en tant que point Hô il libère le Qi
  • Qihai 6RM grand point de tonification du Qi dans tout le corps
  • Shenzhu 12DM fait diffuser le Qi du Poumon

Deuxièmement, tonifier et soutenir le Qi de la Rate, puisqu’elle est la mère du Poumon. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’apnée du sommeil est fortement présente chez les personnes souffrant d’obésité, signe d’une déficience du Qi de la Rate, et que le relâchement des muscles de la trachée vient confirmer ceci (la Rate a pour mission de contenir).

Les points qui tonifient la Rate sont :

  • Taibai 3Rt point Yuan
  • Sanyinjiao 6Rt
  • Zhongwan 12RM
  • Pishu 21V
  • Zusanli 36E

Troisièmement, il faudra également renforcer le Qi du Rein qui risque à terme de s’affaiblir par l’insuffisance pulmonaire (Poumon mère du Rein) mais également dynamiser son Yang afin d’aider à la mobilisation du Qi. J’ai constaté que les personnes atteintes d’apnée du sommeil avaient tendance à se « Yinifier », dû à la déficience du Poumon à faire circuler le Qi.

Pour cela les points recommandés sont :

  • Shenshu 23V point shu du Rein
  • Mingmen 4DM qui tonifie le Feu ministre
  • Guangyuan 4RM qui tonifie le Yang du Rein
  • Qihai 6RM tonifie le Yang du Rein et le Qi en général
  • Taixi 3Rn point Yuan
  • Fuliu 7Rn point tonificateur annuel du Rein, tonifie spécifiquement le Yang du Rein

Enfin dernièrement, puisque l’aspect de prise en charge complète de la personne est essentiel à notre discipline, je terminerai par l’importance de traiter le stress engendré par cette maladie.

Les pauses respiratoires créent de l’hypertension artérielle (mal déjà bien trop présent dans notre société), il sera donc important de préserver le Cœur. À double sens, je me suis aperçu qu’un accroissement du stress, angoisse et anxiété dans la vie du patient, augmente le nombre d’apnées par nuit (les soucis nouent le Qi). Il est donc crucial de soulager la personne de ce stress en plus de soutenir la fonction cardiaque.

Pour cela :

  • Tianchi 1MC libère la poitrine
  • Quze 3MC calme le Shen
  • Neiguan 6MC incontournable dans les traitements du Cœur, Shen, Qi etc…
  • Daling 7MC point Yuan
  • Laogong 8MC purifie le Cœur
  • Shenmen 7C tonifie le Qi du cœur et calme le Shen
  • Shaofu 8C disperse la chaleur du cœur
  • Jueyinshu 14V ouvre la poitrine, calme le Cœur
  • Xinshu 15V point shu du Cœur, tonifie le Qi du Cœur, calme le Shen
  • Shentang 44V point Ben Shen du Cœur
  • Juque 14RM point Mu du Cœur
  • Danzhong 17RM point Mu du Maître Cœur et Hui du Qi

Il va sans dire que face à toute cette armada de points potentiels, le shiatsushi devra faire son choix stratégique, car à chaque séance le receveur sera dans une condition autre que la fois précédente ; et c’est là tout le bienfait de cette méthode : ce mettre au service de la personne, à son écoute, lui apporter ce dont elle a besoin à l’instant et prévenir ce dont elle aura besoin à l’avenir. La prise en soin d’un patient atteint d’un trouble chronique est une affaire de chronicité.